1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 06:11
Tourment d'amour (réédition)
Tourment d'amour (réédition)

Un plat, une pâtisserie a toujours une histoire. De l'origine à ce qu'on en a fait, nos choix, nos goûts, notre manière de faire, un pourquoi du comment se cache toujours derrière une recette.
En ce qui me concerne, je ne parviens pas à publier quand je n'ai pas une histoire à associer à un mets. Depuis des mois, je n'avais plus envie de raconter d'histoire ici ni d'en écrire, je n'y songeais même pas. À croire que j'avais d'autres histoires à créer, recréer ou à dénouer et redénouer autre part.

Cet été, en flânant avec une amie dans une boutique africaine, j’ai trouvé de la confiture de noix de coco. On parlait alors de relations homme/femme, d’amour, de déceptions, puis du rien, du "rien de rien".

Je me suis souvenu du tourment d’amour, de la photo moche que j’avais prise quand j’avais publié la recette sur le blog et j’ai pensé qu’il était temps et surtout d'actualité de remettre ce gâteau à l'honneur.

 

Depuis cet été, de l’eau a coulé sous les ponts à Lyon, à Paris, à Nantes et ailleurs, mais le sujet "tourment d’amour" est resté plus que jamais au goût du jour.

 

N’est-ce pas un sujet universel d’autre part ?
Dès le plus jeune âge, en secret ou non, dans la vraie vie, au cinéma, dans les livres, dans les chansons, partout, dans toutes les bouches et dans toutes les langues, il n’est question que de ça : d’amour et de tourment, de tourment d’amour.

Tourment d'amour (réédition)

Des amours adolescentes parées de remords qui mordillent encore le cœur 20 ans après dans les moments de tristesse.

Des amours qui n'en sont pas. Des amours qui ne sont pas ce qu'on aurait voulu. Des amours histoires de cul.

 

Des amours qui ne tiennent plus debout. Celles qui titubent le matin pour vaciller le soir. Celles qu'on essaie de raviver... en vain.

 

Des amours qui s’en viennent. Des amours qui s’en vont.

Des amours qui s’en vont. Des amours qui s’en viennent.

 

Des amours déchirées, des amours déchirantes.

 

Des amours à la montagne russe. Les fuis-moi, je te suis ; suis-moi, je te fuis.


Des amours "compliquées" aux sous-entendus explicites.


Des amours soupçonneuses. Des amours contrariées. Des amours insoupçonnées. Des amours mal assumées. Les mensonges, les non-dits, tout ce qui use et abuse la confiance en l’autre, jusqu'à sa confiance en soi.


Des amours déçues, des amours déchues, des amours foutues.


Désamour.

 

Des amours sereinement rompues qui blessent en amitié pour finir en KO. Ou comment défigurer tout ce qu'il y eut d'heureux en deux-trois coups d'amitié bancale.

 

Des amours gâchées à se demander comment on a pu en arriver là. À s'en écœurer.

 

Des amours-pansements et ce qu'elles laissent de meurtrissures à l'autre qui ne pansait rien ou ne pouvait penser qu'il était en train de panser les plaies suppurantes d'un amour passé.


Des amours imaginaires.


Des amours attendues et qu'on attend toujours, s'accrochant à l'aphorisme comme à la pupille des yeux d'un homme dont on ne connaît pas encore l'iris, mais dans laquelle on se noierait déjà - à condition d'avoir confiance et de se sentir prête ("mieux vaut être seule que mal accompagnée").

 

À nos tourments d'amour, ceux du passé, ceux du présent. Pas à ceux du futur - pourvu qu’il n’y en ait plus !

 

À nos tourments d'assiette, qu’on en connaisse beaucoup.

 

À nos amours.

 

Pour la recette, suivez le lien : http://www.saveurschoc-n-roudoudou.com/article-tourment-d-amour-100897821.html.

Tourment d'amour (réédition)

Face aux torts partagés,

Tu m’as laissé 3 fois

Jouer le mauvais rôle ;

La lâcheté en moins.

 

Je suis la peureuse au courage désespéré,

L’actante aux sans issue,

Diseuse du dernier recours,

Agissante aux portes de secours.

Partager cet article

Published by Saveurs Choc N' Roudoudou
2 mars 2014 7 02 /03 /mars /2014 16:34

Brioche façon Povitica café-noix - 1

Brioche facçon Povitica noix-café 2


Je me fais rare, sauf si l'on estime qu'un article posté tous les deux ou trois mois est une bonne moyenne...

Je reviens aujourd'hui avec une brioche. C'est ma lubie, la brioche, depuis l'année dernière. Certainement parce qu'avant 2013, toute tentative avait échoué.
Réussir une brioche, ça tient à un bon pétrissage de la pâte (sans machine à pain parce que ça donne de la crotte sèche, mais au robot), à un repos assez long, à un bon façonnage, à un apprêt (= dernière pousse avant d'enfourner) suffisant et à une bonne cuisson. Une fois que l'on a compris ces quelques règles de base, plus d'échec possible !

La recette que je vous propose ici est inspirée d'une brioche slovène ou croate (l'origine est discutée). Inspirée, parce que j'ai conservé l'idée de la farce aux noix de la recette traditionnelle, mais la forme que j'ai donnée à ma brioche est totalement libre ; en théorie, il s'agit surtout d'obtenir un joli marbrage. J'ai préféré aussi garder la recette que j'utilise habituellement pour mes brioches fourrées : une recette à pains au lait, pour sa texture légère et aérée. J'ai ajouté une note caféinée au mélange de noix car, depuis des mois, j'ai des envies de desserts au café... Je suis d'ailleurs en train de travailler d'autres recettes café, qui seront probablement postées ici dans le futur.

Je fais une parenthèse caféinée pour revenir sur la dernière recette que j'avais postée, en décembre : "l'opéra à ma façon". J'ai proposé la photo et la recette de cet opéra au magazine Fou de Pâtisserie qui organisait un concours spécial "opéra revisité" sur sa page Facebook. L'opéra sélectionné par l'équipe de Fou de Pâtisserie verrait sa recette dans le prochain numéro du magazine. Il se trouve que c'est mon opéra qui a été retenu. Vous pourrez donc retrouver la recette sur papier dès le 7 mars, date de sortie du magazine en kiosque.


Revenons-en à la brioche. Si j'ai choisi de la garnir de noix et de l'aromatiser au café, les variantes sont infinies et vous trouverez de quoi vous inspirer en parcourant le net : au nutella chez la Popotte de Manue, nutella et gelée de coing chez Marie's cooking, crème de nougat noir chez Touche de Saveurs... Vous pourrez même tester des versions salées. Travailler et retravailler la forme de cette brioche ou de ses marbrures est un joli challenge !


Alors à vos fourneaux pour tester ma recette et sa forme ou créer votre propre brioche !

 


 

Pour une brioche

 

La pâte briochée (pâte à pains au lait, déjà vue ici) :

  • 250 g de farine (farine de gruau ou moitié T55 + moitié T45)
  • 50 g d'œuf (1)
  • 110 ml de lait
  • 25 g de sucre
  • 1/2 c. à c. de sel
  • 10 g de levure fraîche
  • 50 g de beurre mou

 

La garniture :

  • 200 g de noix
  • 100 g de lait
  • 2 dosettes de café soluble (en poudre ; 4 g environ)
  • 50 g de cassonade
  • 10 g de sirop d'érable
  • 25 g de beurre

 

Brioche façon Povitica noix-café 4


1. Réalisez la pâte briochée. Faites tiédir le lait. Ajoutez-lui la levure. Dans le bol de votre robot (parce qu'à la main, c'est fastidieux), déposez le sel et le sucre, recouvrez avec la farine tamisée. Faites un puits dans la farine et versez dans ce puits l'œuf battu et le lait tiède contenant la levure. Travaillez la pâte pendant 10 minutes au crochet (vitesse 2).  Au bout de ce temps, ajoutez le beurre mou et travaillez la pâte pendant 5 minutes environ, jusqu'à ce qu'elle soit homogène. Si elle est un peu molle, pas d'inquiétude ni d'ajout de farine surtout, meilleure elle sera.

Débarrassez la pâte dans un cul de poule, filmez-le et laissez pousser pendant 30 à 45 minutes à température ambiante. Dégazez ensuite la pâte en lui donnant un coup de poing ou un coup de corne. Filmez au contact et laissez lever au réfrigérateur pendant 1h à 1h30 (voire une nuit).

2. Préparez la garniture. Faites tiédir le lait et fondre le beurre. Mixez 50 g de noix et hachez grossièrement le reste. Dans un cul de poule, mélangez les noix, le lait, le beurre fondu, la cassonade, les dosettes de café et le sirop d'érable. Vous pouvez éventuellement ajouter un peu de cannelle.


Brioche façon Povitica café-noix 5

 

3. Revenez à la pâte briochée. Dégazez-la une nouvelle fois (d'un coup de poing ou d'un coup de corne). Étalez la pâte en un grand rectangle (la longueur doit faire le double de la longueur de votre moule à cake ; et comptez un peu plus de 30 cm pour la largeur). Coupez ce rectange en 3 bandes égales dans la largeur : vous obtenez 3 bandes de 10 cm de largeur environ. Étalez la préparation aux noix sur ces bandes et roulez chacune d'elles dans la largeur, comme vous le feriez d'un gâteau roulé. Disposez les 3 boudins dans le moule. Vous pouvez les disposer comme vous le souhaiter pour obtenir d'autres formes amusantes.

Je vous fais part, malgré tout, du schéma de ma disposition (si vous ne comprenez pas, demandez-moi, je ne suis pas douée pour les dessins). Quand un trait chevauche un autre, c'est qu'un boudin est posé sur un autre boudin (le 3 chevauche le 1, même si on le voit mal sur mon schéma) :

 

Brioche dispo

 

4. Dorez la brioche à l'œuf battu une première fois. Faites pousser la pâte encore 1h30 à température ambiante ou 3/4 d'h si votre four possède une fonction étuve.


Préchauffez le four à 180°C.

 

5. Dorez la brioche une dernière fois avant d'enfourner et parsemez-la de sucre cristal. Faites-la cuire 30 minutes environ. Attentez le refroidissement complet de la brioche avant de la démouler.

Dégustez froid.

Partager cet article

Published by Saveurs Choc N' Roudoudou - dans - Brioches sucrées
commenter cet article

○ Like N' Retweet !

Icone facebook 2Twitter Icon

○ M'écrire

saveurschoc-n-roudoudou@live.fr

À Découvrir

  • Tourment d'amour (réédition)
    Un plat, une pâtisserie a toujours une histoire. De l'origine à ce qu'on en a fait, nos choix, nos goûts, notre manière de faire, un pourquoi du comment se cache toujours derrière une recette. En ce qui me concerne, je ne parviens pas à publier quand...
  • Brioche café-noix façon Povitica
    Je me fais rare, sauf si l'on estime qu'un article posté tous les deux ou trois mois est une bonne moyenne... Je reviens aujourd'hui avec une brioche. C'est ma lubie, la brioche, depuis l'année dernière. Certainement parce qu'avant 2013, toute tentative...
  • Opéra à ma façon, opéra du Réveillon
    Après les épanchements lyriques de mon dernier article, j'ai décidé de continuer dans le lyrique en dessert avec un opéra. Si vous cherchez encore une idée de dessert pour le 31 et que vous passez le Réveillon en petit comité, pourquoi n'expérimenteriez-vous...

○ Envies du moment

○ Je suis ici et là

Pastil Blog

Recettes de Cuisine

Logo 750g

Suivez-moi sur Hellocoton

 

○ J'adhère

https://fbcdn-sphotos-c-a.akamaihd.net/hphotos-ak-prn1/426460_3157549013733_551118567_n.jpg7/426460_3157549013733_1115481754_33129080_551118567_n.jpg

 

○ Je contribue

http://www.yummymagazine.fr/files/Yummy_N7_couv_280.jpg?1329478937

http://www.yummymagazine.fr/files/couv_Yummy_N9_280.jpg?1339743238

 

 

 

 

 

 

 

 

http://www.yummymagazine.fr/files/couv_Yummy_N12_280.jpg?1355469041

http://www.yummymagazine.fr/files/couv_Yummy_N11_280.jpg?1350292127